//La pêche au gros sur épave à la Réunion

La pêche au gros sur épave à la Réunion

Je me rappelle de ma première sortie de pêche au gros à la traîne à la Réunion. C’était une première pour moi, et à part le carnassier en eau douce ou la pêche au bar et au maquereau en Atlantique. Je ne savais pas ce qu’il m’attendait. J’ai donc pris part à une sortie avec des pêcheurs professionnels pour une nouvelle expérience. Je me souviens que c’est ici que j’ai entendu la première fois le nom de «poisson pélagique ». J’ai posé des tas de questions afin de savoir à quels types de poissons ça correspondait. Et c’est là qu’un des marins m’a dit : « ha si on tombe sur une épave tu vas vite découvrir tous les pélagiques de l’océan indien ». La pêche sur les épaves à la réunion?

 

 

Une épave ? Ce n’est pas un vieux bateau au fond de l’eau ? Et bien non, c’est un objet flottant dans la mer (vieux filet, bouée, bouteille, morceau de bois…) qui attire les petits, les moyens et les gros poissons. En fin de compte ces épaves arrivent avec les grands courants à certaines périodes de l’année. Ces épaves constituent des refuges à poissons à l’image des DCP sauf que c’est naturel (malheureusement car ce sont des déchets…).

Bon et la suite:

Nous revoilà en train de voguer, tangons libérés, et 6 cannes à la traine avec des leurres à marlin prêts à en découdre. Et puis… les cannes se sont misent à hurler au moins deux ou trois en même temps d’un seul coup. Pourquoi ? On était passé à proximité d’un morceau de bois flottant à peine visible en surface. C’était parti pour une expérience hors du commun ! Nous avons pris une vingtaine de poissons et effectivement j’ai pu découvrir l’éventail des poissons pélagiques. Bonites, thons jaune, thon banane ou Wahou. Certains poissons n’étaient pas très gros et ont donc retrouvé la mer en mode nokill. C’était vraiment une première expérience top pour le novice que j’étais. Dans ce cas la pêche consiste à faire des passages en traine le long de l’épave en variant au maximum les leurres.

 

Après cette session je me suis dit que j’avais ma dose de sensation. C’était sans compter une dernière traine en rentrant au port et un mouliné qui s’est mis à hurler avec une belle coryphène (ou MAHI MAHI) d’une douzaine de kilos au bout. J’ai combattu ce merveilleux poisson pendant un petit moment et effectivement les sensations sont là.

Au retour au port, je peux vous dire que je me suis dit que mon parcours de pêcheur EXO n’allait pas s’arrêter là. Ce n’était que le début ! Bien évidemment les pêches comme celles-ci n’arrivent pas à chaque sortie mais quand elles sont là… J’espère que ce récit vous donnera au moins l’envie d’essayer la pêche au gros si vous venez en vacances à La Réunion ou dans les pays de pêche tropicale à la recherche des épaves…

By |2019-04-14T15:41:15+02:00février 17th, 2019|Conseils|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment